12 feb 2020

Tussenkomst stadslandbouw

Op 12 februari werd in de Commissie Leefmilieu gesproken over stadslandbouw. Lees hieronder Lotte haar tussenkomst en het antwoord van Minister Maron op de vragen van alle sprekers.


Stadslandbouw zit in de lift; het is een snel groeiende sector. Wereldwijd wordt het door 800 miljoen mensen beoefend, volgens de Voedsel- en Landbouworganisatie van de Verenigde Naties. Stadslandbouw biedt dan ook vele voordelen, zeker ook voor het Brussels Gewest: we kunnen inzetten op duurzame voeding met een lokale voedselproductie die geen transport, geen pesticiden, geen verpakking en geen langdurige opslag nodig heeft. Gezonde, duurzame groenten en fruit vers van eigen grond!

Hiermee verminderen we niet alleen de milieu-impact van ons voedsel, we zorgen ook nog eens voor meer biodiversiteit door het aantrekken van insecten, voor een gezondere lucht en vergeet ook niet het sociaal aspect: stadslandbouwprojecten brengen mensen samen en brengen ons meer in contact met de natuur. 

Stadslandbouw kan bekeken worden vanuit een economisch perspectief, waarbij Brusselse stadsboeren er op professioneel niveau mee bezig zijn. Voor hen is ondersteuning en het wegnemen van technische en juridische obstakels belangrijk, zodat ze toegang hebben tot grond om voedsel te produceren. Het mooie aan stadslandbouw is echter dat burgers er ook zelf actief mee aan de slag kunnen; een potje in de keuken, een bak op het balkon of een collectieve moestuin met de buren, voor elk wat wils. 

Of meer georganiseerd als een commons, un bien commun. Zo krijgt de zelfpluktuin La Ferme du Chant des Cailles in Watermaal-Bosvoorde er een collega bij met de nieuwe pluktuin in het Laarbeekbos, waar twee jonge Brusselse boeren zullen werken volgens de principes van Community Supported Agriculture. CSA betekent 'landbouw gedragen door de gemeenschap'. De deelnemers betalen vooraf een bijdrage voor het hele jaar en voor het hele gezin. In ruil kunnen ze 365 dagen, wanneer ze maar willen, groenten en fruit komen plukken. Door de voorafbetaling geven ze de boer bestaanszekerheid, en ze delen ook in het risico van de boer.

Ook de samenwerking met de VUB is exemplair, de negenduizend vierkante meter zijn eigendom van de VUB. De VUB wenste een project van sociale economie op te zetten, liever dan het opnieuw in pacht te geven.

Met de Good Food strategie wil het Gewest onder andere inzetten op stadslandbouw. De Regering heeft bovendien de intentie geuit om deze strategie te versterken op basis van een gemeenschappelijke visie die samen met alle stakeholders wordt uitgewerkt, evenals het tot stand brengen van een economische en tewerkstellingsstrategie voor stadslandbouw. 

  • Kunt u uitleggen hoe ver het al staat met de uitwerking van deze visie en strategie? Zijn de stakeholders al geïdentificeerd en samengebracht, of wat is hiervoor de beoogde tijdslijn?
  • Welke subsidies en steun bestaan er al voor stadslandbouw, zowel voor professionelen als burgerinitiatieven? Gaat het om projectsteun of is er ook structurele steun? En wordt er eventueel zelfs gedacht aan praktische ondersteuning, al dan niet als deel van een expertisecentrum voor het ondersteunen van burgerinitiatieven en commons?
  • Het project BoerenBruxselPaysans in Neerpede en de Vogelzangvallei, een samenwerking tussen de vzw's Le Début des Haricots, Terre-en-vue, Groen en Blauw Huis, Crédal, de gemeente Anderlecht en Leefmilieu Brussel dat toegang tot kwaliteitsvolle voeding via de korte keten wil stimuleren, is gestart in 2015 en liep dit jaar af. Is er al een evaluatie gestart of zijn er al resultaten bekend? Zullen er nog gelijkaardige projecten worden opgezet?
  • Met landbouw in de stad hebben we de kans om het Brussels Gewest via de korte keten van voeding te voorzien, maar hiervoor moet er wel het juiste logistieke aanbod zijn zodat de producten gemakkelijk verspreid kunnen worden naar afnemers in het Gewest. Om te beginnen kunnen we hierbij denken aan kantines van overheidsgebouwen, scholen en crèches. In het regeerakkoord staat dat de Regering werk zal maken van de uitbouw van een geïntegreerd logistiek aanbod (reiniging en verpakking, transport en distributie). Zijn hier al meer concrete plannen voor?

 

Antwoord van de Minister

Les objectifs de production alimentaire en Région bruxelloise et en périphérie, présents dans la stratégie Good Food, et repris dans la déclaration de politique régionale (DPR) sont effectivement ambitieux. La stratégie Good Food est en cours d’évaluation, et l’élaboration d’une nouvelle stratégie est prévue pour l’année 2022. Considérez dès lors que les réponses à vos questions sont pour la plupart en cours de construction. Je vous donne un état des lieux, alors que l'évaluation est en cours et que la nouvelle stratégie arrive en 2022, ce qui était le calendrier prévu.

Sur la thématique de l’accès à la terre, les moyens à mettre en œuvre pour préserver 100 % des terres agricoles actuellement inscrites au plan régional d'affectation du sol (PRAS) font l’objet d’une étude d’un groupe de travail (GT) appelé "GT outils urbanistiques et juridiques". La plupart de vos questions sont 
actuellement étudiées par celui-ci. Leurs résultats seront présentés - je ne l'invente pas - à mon cabinet demain, 13 février. Je vais devoir revenir vers vous pour vous expliquer les résultats de ce groupe de travail.

Concernant l’évolution des surfaces agricoles depuis 2009 : à l’heure actuelle, 227 ha de zones agricoles sont inscrites au PRAS. Cette superficie reste inchangée depuis 2009. Dans les faits, l’ensemble des terres actuellement cultivées en Région Bruxelles-Capitale par des producteurs professionnels représente environ 250 ha. Nous ne disposons pas pour l’instant d’un inventaire actualisé des terres en zone agricole au PRAS ou surfaces agricoles inscrites à la politique agricole commune détenues par une autorité publique. C'est évidemment un enjeu.

Afin de maintenir un prix abordable au m² pour les surfaces agricoles, il conviendra d’évaluer la pertinence de la création d’un observatoire du foncier agricole. Ce point est étudié par le GT précité.

Le GT outils urbanistiques et juridiques en cours intègre aussi une réflexion sur l’importance de mobiliser d’autres outils d’orientation stratégique ou à valeur réglementaire que le PRAS, existants ou futurs, pour soutenir l’agriculture urbaine à Bruxelles. L’opportunité des plans d'aménagement directeurs (PAD) fait partie de cette réflexion. Bruxelles Environnement inclut, dès que c’est possible, la question de l’agriculture urbaine dans ses avis relatifs aux PAD et autres instruments d’aménagement du territoire.

Des échanges entre la Société d'aménagement urbain (SAU), citydev.brussels, la Société du logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB), Bruxelles Economie et Emploi (BEE), Bruxelles Environnement et le facilitateur en agriculture urbaine (FAU) ont lieu régulièrement et les organismes sont de plus en plus sensibilisés à la problématique de l’agriculture urbaine.

L’ambition est, bien entendu, de renforcer cette collaboration et de faire de l’agriculture urbaine un sujet transversal pour ces administrations.

M. Casier m'interroge sur l'équilibre à trouver entre les différentes fonctions. Il s'agit plutôt d'une question générale d'aménagement du territoire et d'urbanisme, car force est de constater que les fonctions productives dont fait partie l'agriculture urbaine sont des fonctions de plus en plus faibles dans l'aménagement du territoire. Il y a donc lieu de les protéger. Contrairement à ce qui se passait il y a encore vingt ans, la création de logements fait désormais partie des fonctions fortes, poussées par un certain nombre d'acteurs publics mais aussi privés qui souhaitent rentabiliser le foncier.

Il faut rechercher un équilibre peu évident. En effet, nous devons, d'une part, augmenter le nombre de logements disponibles en Région de Bruxelles-Capitale, et en particulier ceux qui sont accessibles financièrement, et, d'autre part, réserver des zones vertes, des parcs fonctionnant comme le poumon vert de la ville, l'accès à l'eau et aux espaces verts ainsi que des espaces d'agriculture urbaine. Or, toutes ces injonctions s'appliquent à un territoire largement fini puisque les dix-neuf communes ne sont pas extensibles et que les réserves foncières s'amenuisent avec le temps.

Il s'agit donc d'une tension saine, normale et légitime car les attentes de tous bords sont également fondées. Il est légitime de vouloir plus de logements et donc de densifier la ville tout comme il est hautement justifié de réclamer la protection des espaces verts, la création de zones protégées, l'accès à l'eau et des espaces pour l'agriculture urbaine.

Bien entendu, trouver un équilibre n'est pas chose aisée. L'impact économique doit être pris en compte. Ce que j'appelle les fonctions faibles, ce sont les fonctions les moins rentables a priori. Ces fonctions productives et d'agriculture urbaine, tout comme celles de protection des espaces verts, ne sont pas rentables, au contraire de la construction de logements ou de bureaux.

À propos du potentiel des toitures plates comme espaces de production alimentaire, il n’existe actuellement pas de stratégie à part entière ni de contrainte de structure imposée aux nouvelles constructions. Mais cette question sera évaluée lors de l'élaboration de la nouvelle stratégie Good Food et pourrait y être intégrée mais pas avant 2022.

Je précise enfin que la gestion de la compétence du bail à ferme ne fait pas encore l’objet d’un avis des administrations et n’a pas été discutée au gouvernement.

Je porte également à votre connaissance que la production de légumes et de fruits frais en Région de Bruxelles-Capitale se situe entre 0,1 % et 0,2 % de la demande. Les objectifs fixés par le précédent gouvernement ne sont donc pas atteints.

Pour rencontrer l’objectif des 30 % de fruits et légumes, plus de 1.600 ha de terrains agricoles seront nécessaires, sur la base d’une estimation du rendement spécifique à l’agriculture urbaine bruxelloise. La superficie nécessaire pour produire 5 % de la consommation est d’environ 250 ha, ce qui correspond à la superficie des terres agricoles actuellement cultivées à Bruxelles.

L’évaluation de la production agricole primaire intrabruxelloise ne fait pas l’objet d’un suivi constant mais bien d’évaluations ponctuelles, la dernière datant de 2018. La prochaine évaluation de la production agricole n’est pas encore planifiée.

Concernant l'objectif des performances environnementales, sociales et économiques, le facilitateur en agriculture urbaine (FAU) est en train de définir les critères d’évaluation. Ils permettront d’estimer les performances des différents projets d’agriculture urbaine bruxelloise au regard de l’objectif.

Il existe deux types de publics professionnels agricoles à Bruxelles : les nouveaux agriculteurs non issus du monde agricole ou "nimaculteurs", qui portent les projets d’agriculture urbaine, d’une part, et les agriculteurs traditionnels enregistrés au niveau de la Politique agricole commune (PAC), de l’autre.

En 2018, la Région bruxelloise comptait 61 acteurs professionnels, dont 32 agriculteurs traditionnels et 29 projets d’agriculture urbaine portés par des nimaculteurs, soit 60 équivalents temps plein (ETP). Nous ne disposons pas encore de ces informations concernant la périphérie, mais une étude menée actuellement à Bruxelles par l'antenne Steunpunt Korte Keten dans le cadre de son projet BruFERMe nous apportera bientôt une partie de la réponse.

Les agriculteurs traditionnels sont, pour la majorité, âgés de plus de 55 ans, tandis que les nimaculteurs ont, en grande majorité, moins de 35 ans. En ce qui concerne les mesures mises en place pour valoriser la filière de l’agriculture urbaine, la stratégie Good Food a développé un outil de référencement en ligne pour mettre en avant les producteurs bruxellois et de la périphérie. Il s’agit du bottin des producteurs et commerces Good Food.

D'autre part, via l'accompagnement des restaurants et des cantines de crèches ou d'écoles dans le cadre de la labellisation Good Food, l’approvisionnement en produits locaux est stimulé et nous travaillons à la mise en contact entre ces lieux de restauration et des fournisseurs bruxellois ou périurbains. Nous n'en sommes pas encore à de la production/consommation directe, mais des projets comme ceux-là peuvent être soutenus par la suite, et des réflexions sont en cours chez différents opérateurs comme l'association Les cuisines bruxelloises, pour tenter de modifier les modes de production et les fournitures alimentaires.

Concernant le besoin de lutter contre la prévisible pénurie d’agriculteurs, plusieurs initiatives sont en cours. Le FAU offre un accompagnement de nouveaux projets d’agriculture urbaine. De plus, le projet BoerenBruxselPaysans (BBP) a mis en place des soutiens méthodologiques et techniques aux futurs producteurs, des formations, la mise à disposition d’infrastructures et de terrains, le développement de circuits courts de transformation et de vente, etc. Au sein du projet BBP, Terre-en-vue fait un travail de sensibilisation sur le terrain des agriculteurs dits traditionnels, avec pour objectif d’assurer une transmission entre ces agriculteurs et les nimaculteurs qui ont besoin de terrains à cultiver. Je rappelle aussi le travail structurel en cours sur le financement de l’agriculture et la réponse à apporter au niveau des freins juridiques et urbanistiques.

Effectivement, M. Casier, la question de l'équilibre économique de l'agriculture urbaine est posée, sans que toutes les réponses y soient encore apportées. Notons que, parmi tous les projets d'innovation économique, en général, ceux portés par des agriculteurs bénéficient de coups de pouce, y compris dans l'économie traditionnelle. Mais, à terme, vous avez raison, on ne peut pas porter à bout de bras les projets d'agriculture urbaine à durée indéterminée.

Pour répondre à la question de la production en périphérie, je dirai que des interactions sont en cours entre la Région bruxelloise et les acteurs clés de la périphérie que sont l'antenne Steunpunt Korte Keten, la province du Brabant wallon, la province du Brabant flamand, Diversiferm, Made in BW, l'Agence flamande terrienne (Vlaamse Landmaatschappij, VLM), Bioforum et Biowallonie. Ces premiers contacts visent à mettre en place une stratégie encourageant les agriculteurs et les horticulteurs de la périphérie à fournir des produits agricoles durables à la Région de Bruxelles-Capitale.

Afin d’avoir une meilleure vision des opportunités qu’offre la périphérie, le projet BruFERMe de Steunpunt Korte Keten inclut un recensement des producteurs écoulant leurs produits en circuit court en Brabant flamand. Un recensement similaire devra être effectué du côté wallon.

Le plan opérationnel visant au développement de la chaîne alimentaire liant la périphérie et la Région bruxelloise fait partie de la stratégie Good Food.

Les subsides actuels à la production agricole professionnelle sont de l'ordre de 305.000 euros. Un cadre de soutien financier est en cours d'élaboration, mais nous devons être attentifs à ne pas contrevenir à la législation sur la politique agricole commune (PAC).

En ce qui concerne les liens avec l'aménagement du territoire et le logement, des pistes d'interaction avec les sociétés immobilières de service public (SISP) se dégagent pour plusieurs projets. En effet, certaines d'entre elles disposent de foncier, de parcs ou d'étendues autour des logements sociaux et les mettre à profit pour l'agriculture urbaine peut faire sens, en particulier pour l'accès des locataires à une nourriture de qualité.

Cookies op groen.be

Groen gebruikt functionele en analytische cookies die noodzakelijk zijn om de website goed te laten functioneren. Deze cookies verwerken geen persoonsgegevens en hier is geen toestemming voor nodig.

Als je daarvoor toestemming geeft, maken we ook gebruik van marketingcookies. Die stellen ons in staat om de website beter af te stemmen op jouw voorkeuren.

Je kunt je instellingen altijd weer wijzigen op de pagina over de cookies.

Voorkeuren aanpassen
Alle cookies accepteren